Skip to content

The cruelty, tome 1 – Scott Bergstrom

A dix-sept ans, Gwendolyn Bloom est loin d’avoir une vie ordinaire. Sa mère a été assassinée sous ses yeux dix ans auparavant et, depuis, elle a suivi son père, diplomate,  aux quatre coins du globe. Installée à New York il y a peu, elle a du mal à se fondre dans le moule de la lycéenne lambda. Le destin a, de toute façon, d’autres projets pour elle… Le jour où son père disparaît à l’étranger, Gwendolyn voit sa vie basculer. Le gouvernement américain refuse de s’en mêler et elle décide de partir à sa recherche, seule. C’est le début d’une longue traque et d’un voyage qui va la changer à tout jamais. Contrainte d’infiltrer les milieux criminels les plus dangereux, Gwendolyn découvre la face cachée de l’Europe, de Paris à Prague, en passant par Berlin. Pour survivre dans ce nouvel univers, elle n’aura pas le choix, elle devra devenir aussi impitoyable que ses ennemis. Saura-t-elle puiser en elle cette cruauté?


« Une femme qui cherche à s’élever dans ce monde doit être encore plus cruelle que les hommes »

Ce livre commence sur des clichés, tout peut paraître se dérouler trop facilement mais je dois le reconnaître, ce livre est efficace.

Tout d’abord, nous avons affaire à une héroïne assez atypique qui a vu sa mère mourir sous ses yeux et son père voyage beaucoup dans le cadre de son travail. Ce qui fait qu’elle parle plusieurs langues et n’a pas vraiment d’amis. Quand je dis que le début est cliché c’est qu’elle n’est pas la plus populaire de l’école, elle se fait malmener par les pestes et l’ami qu’elle se fait est un geek. Plus cliché que ça, on meurt. Mais la tournure des événements va faire voler tout cela en éclat. J’ai aimé la voir devenir quelqu’un d’autre dans le seul but de retrouver son père, j’ai aimé la voir affronter des situations qui sont très difficiles, la voir essayer de tirer son épingle du jeu et devoir s’endurcir pour survivre. A ce moment-là, le titre du livre prend tout son sens.

Maintenant, je vais parler de facilité. Parce qu’il ne faut pas se mentir, une fille même pas majeure qui a une formation accélérée en krav maga et qui arrive aussi facilement à traverser les obstacles qui se dressent sur son passage, j’y crois moyen. Surtout quand le grand méchant, qui est censé être un mafieux de première, se fait avoir du début à la fin par une ado. C’est assez paradoxal avec les situations assez dures que l’auteur fait vivre à Gwen.

Après un départ assez lent, la suite de l’histoire se révèle assez rythmée. On court de pays en pays avec Gwen dans l’espoir de retrouver son père, on se demande ce que l’on ferait si on était confronté à de telles situations, on a peur pour elle, bref on passe par un melting pot d’émotions. La fin nous tient également en suspens car on se demande vraiment ce qui va pouvoir lui arriver dans les prochains livres. Scott Bergstrom a une écriture assez visuelle, il n’est pas difficile de se faire le film des événements dans notre tête et sa plume est également très fluide.

En conclusion, même si le récit n’est pas parfait, il est diaboliquement efficace. Un vrai « page turner » !

Note : 8/10


The cruelty, tome 1 – Scott Bergstrom

Editions Hachette, 01-02-2017, 425 pages

Livre : 18€ / Ebook : 12€99

Un commentaire »

  1. Perso, lisant assez rarement de thriller, je les adore à chaque fois ! L’histoire m’a totalement emporté et les pages ont défilé à une vitesse incroyable. J’ai déjà hâte d’avoir la suite entre mes mains.

    J'aime

Laisser une bafouille

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :