Skip to content

Blackmail blues – Chris Diehl

Tom Riley et Tess Lorenzi sont officiers de police au bureau des homicides de Las Caidas, en bordure du Pacifique. Depuis plusieurs années, ils mènent leurs enquêtes en binôme et leur relation, parfois ambiguë, fait souvent jaser le commissariat. Mais par-delà une possible attirance, c’est bien l’élucidation des crimes qui ont lieu sur le comté qui les mobilise.

Comme celui de cet homme, David Pounds, retrouvé noyé et contusionné un matin au bord de l’eau, à Lakewood. Il dirigeait une société de services informatiques et semblait mener une vie quelque peu « dissolue ». Voitures de sport, bijoux, voyages, multiples conquêtes féminines et affaires pas toujours très orthodoxes, en un mot le portrait du parfait flambeur. Sa mort serait-elle liée à une vengeance amoureuse ? Une dette de jeu ? Ou au contraire, Pounds aurait-il joué les maîtres-chanteurs ?

Pour Riley et Lorenzi, la liste des ennemis potentiels se révèle presque aussi longue que les plages de Californie. Mais le temps presse car les statistiques sont formelles : un crime qui n’est pas résolu dans les trois premiers jours a de fortes chances de ne jamais l’être…


« En tout cas, un TN’T averti en vaut quatre »

J’avais eu l’occasion de chroniquer le premier roman de Chris(tel) Diehl, Enola Game, lors de sa sortie. C’est donc avec plaisir que j’ai lu celui-ci car l’auteur aborde un nouveau genre littéraire, le roman policier. Même si ce fut une bonne lecture détente, ce n’est clairement pas le polar de l’année.

On va commencer avec le duo d’enquêteur. Il est composé de Tom Riley et Tess Lorenzi. Ils sont très efficaces dans leur travail, ils le font très bien, ça je ne peux pas le nier. Par contre, rien à faire mais je ne me suis pas attachée à eux. Il m’a manqué ce petit quelque chose qui fait que j’arrive à m’attacher aux personnages, qui me fait avoir peur ou vibrer pour eux. Je pense que cela vient aussi du fait que la 4e de couverture n’est pas tout à fait juste. Le « leur relation, parfois ambiguë, fait souvent jaser au sein du commissariat » annoncé n’est pas présent. Certes, il y a de l’attirance entre eux, on sent qu’ils ne sont pas indifférents l’un à l’autre mais cela reste tellement minime que je me suis demandée pourquoi cette accroche avait été mise dans les premières lignes du résumé.

Ensuite, l’enquête est bien ficelée mais pour ma part, le mort l’a bien cherché. Ce n’est qu’un juste retour des choses. Du coup, je n’avais pas envie de voir cette enquête résolue car le meurtrier (que j’ai deviné bien avant la fin) a plutôt fait une bonne action en le tuant.

Pour finir, on retrouve dans le roman certaines phrases ou mots en anglais. Alors d’accord, les événements se déroulent aux Etats-Unis mais le livre est écrit en français. Du coup, cela m’a souvent gêné. S’il y a des mots propres à la police américaine qui ne peuvent pas vraiment trouver de traduction dans le contexte français, là je comprends pourquoi il faut les laisser en VO avec une explication en note de bas de page. Mais dans certains cas, c’était tout bonnement inutile. Par exemple à la page 117 (118 ou 119, mais dans cette zone là ^^), on peut lire dans le texte « I owe you one, pal » et la traduction en française est en note de bas de page… Pourquoi?

En conclusion, cette lecture convient pour un moment détente car le roman se lit très facilement. Mais si vous cherchez un bon roman policier avec une intrigue bien ficelée à vous mettre sous la dent , passez votre tour.

Note : 6/10


Blackmail blues – Chris Diehl

Editions du Toucan (Toucan Noir), 24-05-2017, 269 pages

Livre : 18€ / Ebook : 9€99

Laisser une bafouille

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :