Skip to content

L’aquarelle – Nathalie de Kaniv

Pendant ses vacances en Angleterre, Eileen Wortley ne s’attend pas à retrouver dans cette très vieille librairie de Canterbury l’aquarelle originale qui orne le salon de sa maison en France. Celle-ci aussi est signée par sa mystérieuse aïeule. Et le libraire s’appelle Wortley…
Un voyage inattendu à la découverte d’un passé douloureux, caché plus qu’oublié, commence soudain ici.
Sa grand-mère qui vit loin d’ici, sa mère muette sur son passé, et ce libraire inconnu: tous détiennent une part de ce mystère familial. Pour sa fille, pour éloigner les ombres de son enfance, Eileen doit enfin percer ce secret : qui est véritablement l’auteur de cette aquarelle ?


« C’était une librairie et en même temps j’avais le sentiment d’être dans une maison de famille qui conservait des années d’histoire, au travers des époques »

Il est rare que je dise d’un roman qu’il possède une belle histoire. Vous savez, ce genre d’histoire qui vous touche au plus profond de vous? Et bien ce livre en fait définitivement partie et je remercie vivement la maison d’édition pour cette très belle découverte.

Dans ce récit, nous suivons Eileen pendant son voyage en Angleterre. Elle va, sans le savoir, découvrir des membres de sa famille dans la ville de Canterbury. Cela va l’amener à se poser des questions sur sa famille. Elle devra donc se tourner vers sa mère et sa grand-mère qui n’ont jamais voulu parler de tout cela. Cette rencontre fortuite en Angleterre sera l’occasion pour ces trois femmes d’enfin se parler. C’est vraiment un livre poignant car les anciennes générations peuvent être réticentes à parler, surtout quand il y a eu des événements douloureux. Dans ce cas-ci, l’histoire de la famille est intimement liée à l’histoire de l’Ukraine. Le silence et l’ignorance de l’histoire familiale pèsent sur Eileen qui souhaiterait en savoir plus, pour ensuite transmettre tout cela à ses propres enfants.

Le lecteur comprend à travers le récit pourquoi il est parfois mieux de taire certaines choses du passé, mais elles ne pourront pas non plus rester enfouies éternellement. L’histoire de l’Ukraine est un point très intéressant du livre mais j’aurais aimé en apprendre davantage. On pourrait reprocher que l’histoire familiale, si jalousement restée secrète pendant tant d’années, sorte aussi facilement. De mon côté, j’ai choisi de penser que les personnages ont réalisé qu’il était temps de la laisser sortir.

Ce petit livre se lit très vite mais cette quête d’identité et d’histoire familiale ne m’ont pas laissées indifférente car elles font écho à ma propre vie. C’est pourquoi l’histoire restera longtemps dans ma mémoire…

Note : 7/10


L’Aquarelle, une maison anglaise en Ukraine – Nathalie de Kaniv

Editions Lazare et Capucine, 01-03-2017, 172 pages

Livre : 16€ / Ebook : 4€99

Laisser une bafouille

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :