Skip to content

[Présentation] Velvet Blackstar de Jason Crow

Aujourd’hui, laissez-moi vous présenter le livre Velvet Blackstar de Jason Crow. Ce livre a été publié chez Belphegor Editions en août 2017 et fait 432 pages dans sa version papier.

Le pitch ?

Sherlock Black, 16 ans, est un personnage de fiction conscient de n’être que cela : une oeuvre imaginaire. Jeune chanteur de rock, leader du groupe Velvet Blackstar, le garçon traîne un passif aussi lourd que douloureux et cherche à s’en remettre en compagnie de ses petits amis et de ses proches. La mort de l’Auteur changera-t-elle quelque chose à leur sort ?

Petite mise en garde de l’auteur…

 » Cet ouvrage contient des mentions/descriptions de violences physiques, sexuelles et morales ainsi que de nombreuses mentions de maladies graves, mentales ou physiques. Je souhaite mettre en garde les lecteurs les plus sensibles : j’aime ce livre. Je l’ai écrit avec mes tripes, j’ai laissé Sherlock s’exprimer et je ne le regrette pas. Mais je reconnais qu’il peut être sombre par moments, parce que la Vie est sombre par moments. « 

Un petit avant-goût ?

Patrick me rassure.

« … Ne t’en fais pas. », dit-il.

J’opine du chef et l’encourage à me toucher à son tour. Ses doigts sont de toute façon sur ma peau, mais jusqu’ici, ils étaient restés bien sagement dans mon dos sans réellement me toucher. A présent, ils descendent le long de mes cicatrices, étudient chaque marque, chaque blessure. Patrick est prudent. Doux. Ses gestes sont mesurés, comme ceux d’un médecin étudiant un cas particulièrement complexe. Pour autant, je ne me sens pas ‘observé’, pas dans le mauvais sens du terme. Il n’y a aucune curiosité malsaine dans ce qu’il me fait, rien qui puisse me laisser un quelconque goût amer de voyeurisme en bouche. Je ferme les yeux, m’abandonne complètement au moment présent. Est-ce la fièvre ? J’en doute. J’ai envie de lui, envie qu’il me touche.

Mes mains passent sur le devant de son corps. Je l’ai toujours connu musclé, mais toucher ses abdominaux fermes et finement dessinés me donne presque des complexes.

« Je suis désolé. », je ris pour masquer mon embarras « Je n’ai que des os à t’offrir.

— Tais-toi donc. », dit-il en riant avant de capturer mes lèvres dans un nouveau baiser.

Je me laisse faire sans rien ajouter, un mince sourire aux lèvres. Mon corps tremble de désir sous ses caresses et le contact de ses doigts contre ma peau me donne l’impression d’un papillon surdoué effleurant ma chair meurtrie. Sa langue joue avec la mienne et c’est comme si nous étions sur scène en train de chanter. Tout est simple, évident. Naturel. Je bouge le bassin contre lui lorsque ses doigts s’aventurent sur mon ventre creux. Il passe, sans se presser, sous…

Le livre vous intéresse ?

Pour l’acheter en version papier : Amazon

Pour l’acheter en version numérique : Amazon – DecitreFnacGoogle PlayLes libraires

Aller plus loin

Le site de l’auteur

Le site de la maison d’éditionBelphegor éditions sur Facebook

La fiche du livre sur Babelio :

040

 

 

Laisser une bafouille

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :