Le chat qui a tout vu – Sam Gasson

Bruno, 11 ans, rêve de devenir détective privé, comme l’a été son père. Des sujets d’enquête, il en voit partout autour de lui ! Lorsque la mère de son copain Dean est retrouvée assassinée, baignant dans une mare de sang, Bruno est bien décidé à mettre la main sur le coupable. Son arme secrète ? Sa chatte Mildred, seul témoin du crime, et surtout la caméra miniature installée sur son collier…
Tout semble accuser le père de Dean, un homme violent et jaloux, mais le voisinage de ce quartier sans histoires cache quelques secrets inavouables… qui ne sauraient échapper à l’oeil perçant d’un chat !


 » Et, soudain, Bruno comprit quel était son rôle. Il saisit Dean par le bras pour tenter d’interrompre sa crise. Je vais trouver ce qui est arrivé à ta maman. Je vais résoudre l’affaire. Alors ton papa reviendra à la maison. « 

Je remercie les éditions de l’Archipel pour cette lecture qui change des enquêtes policières classiques.

En effet, ici le principal enquêteur s’appelle Bruno et il a… 11 ans. Voulant devenir détective comme l’était son papa, il se veut « pourfendeur du crime » et passe son temps à enquêter sur plein de petites choses. Mais un jour, la maman de son ami Dean se fait assassiner et tout désigne le père de Dean comme coupable. Il va alors mettre ses talents de détective en marche, secondé par ses parents.

J’avoue, j’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire car j’ai trouvé le personnage de Bruno assez chiant. Il me faisait l’effet d’un gamin capricieux, du coup cela ne passait pas. Mais cette impression a vite été balayée car le meurtre de la mère de son copain va lui permettre de se rendre compte qu’il n’y a pas que sa personne et ses désirs qui comptent. Il a un talent et il va le mettre au profit d’une cause réellement importante : que son ami puisse retrouver son père inculpé d’homicide.

J’ai vraiment aimé le fait que toute la famille s’y mette. Même si les parents ont conscience que c’est à la police de résoudre l’enquête, ils sont eux-mêmes touchés de près par la tragédie. Le papa, Jim, détective privé tout juste retraité va aider son fils du mieux qu’il peut car il est proche du père de Dean. Helen, la maman, va essayer d’un peu freiner l’ardeur des deux détectives mais ayant travaillé avec la victime, elle ne pourra pas s’empêcher de les aider.

Ce qui change des histoires policières lues jusqu’à maintenant, c’est que l’enquête est vécue du point de vue de Bruno. C’est encore un enfant et sa manière de résoudre l’enquête sera donc différente de celle des adultes. C’est vraiment le choc des deux mondes. Il va y mettre toute sa bonne volonté, quitte à entraver l’enquête de la police. Il est intelligent, curieux, malin, appliqué et méthodique, il sait qu’il peut y arriver. Mais en tant qu’enfant, Bruno ne va pas comprendre en quoi c’est mal de court-circuiter leur enquête car il pense faire mieux qu’eux. Il ne va pas tout de suite réaliser que c’est mal de porter des accusations sur certaines personnes car il aura mal interprété certains indices. Il est tenace et l’inspectrice ne négligera pas ses découvertes, une chose que j’ai apprécié chez elle. Généralement, quand une idée vient d’un enfant, les adultes ont tendance à ne pas y faire trop attention, surtout dans un cas comme celui-ci. Elle saura écouter les arguments de Bruno mais aussi le recadrer quand il le faudra. Je pense vraiment que Bruno est ressorti grandi, plus mûr et plus réfléchi de cette histoire. Il ne faut pas oublier de mentionner Mildred, la chatte de Bruno qui aura un rôle déterminant à jouer. Ils ont une réelle complicité et Bruno remuera ciel et terre pour la retrouver.

Bob, mon gros roux caractériel. Roux comme Mildred 🙂 #TeamGrosRoux

Même si l’enquête est menée par un enfant de 11 ans, je ne pense pas que ce livre soit destiné à un public de cette âge. Tout d’abord le meurtre de la maman de Dean est affreux et ce qu’elle a subi juste avant peut être traumatisant à lire. Personnellement, je n’ai pas compris pourquoi les parents de Bruno n’ont pas mis le holà vis à vis de certaines informations. Bruno a vu certaines choses qu’il n’aurait pas du voir à son âge. Certains thèmes abordés sont assez durs comme la pédophilie et la violence conjugale. C’est pourquoi je recommanderais ce livre à des adolescents à partir de 15/16 ans.

L’écriture de Sam Gasson est très fluide et les chapitres courts s’enchaînent rapidement. L’auteur a créé une bonne enquête car je n’ai pas tout de suite deviné qui était l’assassin. Et quand je l’ai trouvé, je n’avais pas réussi à saisir son mobile.

En conclusion, c’est vraiment une bonne lecture détente. J’ai passé un excellent moment avec ce détective en herbe et vu la fin, j’aimerais vraiment avoir une nouvelle enquête de Bruno Glew.

Note : 8/10


Le chat qui a tout vu – Sam Gasson

Editions de l’Archipel, 03-01-2018, 314 pages

Livre : 21€ / Ebook : 14€99

1 commentaire »

  1. J’en avais lu un avis beaucoup plus mitigé, mais le tien me donne envie de lui laisser quand même une petite chance. J’ai juste un peu peur par rapport à l’âge du héros et à certaines situations qu’il pourrait avoir affronter.

    J'aime

Laisser une bafouille

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.