La daronne – Hannelore Cayre

« On était donc fin juillet, le soleil incendiait le ciel ; les Parisiens migraient vers les plages, et alors que j’entamais ma nouvelle carrière, Philippe, mon fiancé flic, prenait son poste comme commandant aux stups de la 2e dpj. – Comme ça on se verra plus souvent, m’a-t-il dit, réjoui, en m’annonçant la nouvelle deux mois auparavant, le jour de sa nomination. J’étais vraiment contente pour lui, mais à cette époque je n’étais qu’une simple traductrice-interprète judiciaire et je n’avais pas encore une tonne deux de shit dans ma cave. »

Comment, lorsqu’on est une femme seule, travailleuse avec une vision morale de l’existence… qu’on a trimé toute sa vie pour garder la tête hors de l’eau tout en élevant ses enfants… qu’on a servi la justice sans faillir, traduisant des milliers d’heures d’écoutes téléphoniques avec un statut de travailleur au noir… on en arrive à franchir la ligne jaune ? Rien de plus simple, on détourne une montagne de cannabis d’un Go Fast et on le fait l’âme légère, en ne ressentant ni culpabilité ni effroi, mais plutôt… disons… un détachement joyeux. Et on devient la Daronne.


 » Et qui dit boîte dit accidents prodigieux. C’est dingue le nombre de gens ivres morts qui arrivent à s’entasser dans une voiture pour y mourir en emportant dans leur élan de joyeuses familles lancées sur la route des vacances en pleine nuit pour se réveiller face à la mer. « 

En voilà un livre policier assez atypique ! Ce livre est très surprenant grâce à son personnage principal, Patience Portefeux, qui travaille comme traductrice français/arabe pour la justice.

C’est une femme dans la cinquantaine, qui a deux grands enfants et qui se demande bien ce que sera sa vie car elle ne jouit pas d’une situation financièrement confortable. C’est là que toutes les heures passées à écouter et à traduire les conversations des dealers vont s’avérer très utiles.
Patience va nous raconter son histoire. Son enfance avec des parents étrangers : père pied noir et mère juive. Son père menait une petite entreprise d’affaires illégales, on peut donc dire qu’elle a été confrontée assez tôt aux histoires pas nettes. Ensuite, Patience s’est mariée, a eu deux enfants, son mari est décédé et elle entretient désormais une liaison avec un policier. Elle survit donc seule et elle va nous expliquer comment petit à petit elle en est venue à escroquer les dealers dont elle traduisait les conversations.
Mais ce qui est vraiment bien, c’est qu’elle fait cela avec patience (oui, j’ai osé), minutie et elle ne laisse rien au hasard pour ne pas être découverte. Et honnêtement, comment lui en vouloir ? Ce n’est pas comme si elle volait l’argent d’un retraité qui a passé sa vie à économiser pour couler des jours heureux. Alors j’étais heureuse pour notre Patience devenue Daronne, je voulais qu’elle continue pour engranger le plus d’argent possible. Il est impossible pour le lecteur de lui en vouloir ou de trouver cela immoral. Car ce n’est pas parce qu’elle travaille pour la justice que sa situation est légale pour autant, et c’est ça le comble de l’histoire. On se dit donc que c’est un juste retour des choses. Patience jette sur le monde, son entourage et son travail un regard acéré, elle est cynique, mordante, elle dénonce certains travers, ce qui ne va pas dans la société et j’ai aimé ça.

Hannelore Cayre, l’auteure, est avocate et cela se ressent dans sa manière de raconter l’histoire. On sent qu’elle maîtrise les rouages du système judiciaire. Elle a écrit d’autres romans avant La daronne et elle a aussi écrit des scénarios. Tout cela se traduit dans son écriture car j’arrivais à visualiser ce que je lisais. C’est comme si le film se déroulait devant mes yeux pendant ma lecture. J’ai eu la chance de la rencontrer à Livre Paris cette année et elle a annoncé qu’un film était en préparation avec Isabelle Huppert dans le rôle de Patience. Hannelore Cayre se charge également du scénario et j’ai vraiment hâte de pouvoir regarder ce film.

En conclusion, La daronne est un livre qui se lit facilement et que l’on referme avec un petit sourire aux lèvres de satisfaction.

Note : 8/10


La daronne – Hannelore Cayre

Editions Métailié, 09-03-2017, 171 pages

Livre : 17€ / Poche : 6€60 / Ebook : 6€49

Laisser une bafouille

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.