Chroniques littéraires

The Hartigans, tome 1 : Qu’est-ce qu’elle a ma gueule ? – Avery Flynn

Tu veux ma photo ?!

Selon l’expression consacrée, Gina est ce qu’on appelle une « crevette » : chez elle, tout est bon… sauf la tête. Car, si la nature lui a offert un corps à faire fantasmer Cara Delevingne, son visage, lui, ne correspond pas vraiment aux normes habituelles de la beauté. Après une adolescence difficile, Gina s’est endurcie et a appris à assumer son physique. Enfin ça, c’est ce qu’elle croyait jusqu’à ce qu’un jeu l’oblige à embrasser Ford, un policier ultra-sexy et visiblement sous son charme, lors d’une fête de mariage. Aussitôt, les complexes reviennent en force, et elle se demande ce qu’un mec comme Ford peut bien trouver à une fille comme elle…


 » Le monde est visuel. Les gens se jugent sur leur apparence, leur couleur de peau, leur âge, leurs handicaps et leur beauté durant les quelques secondes qui suivent chaque rencontre. Tu sais bien que c’est vrai. Tout un tas d’études prouvent que les gens beaux ont plus d’opportunités que ceux qui ont un physique moyen – ou en dessous de la moyenne « 

J’ai eu la chance de lire ce livre car il a été mis en accès libre en avant-première sur la plateforme Netgalley par la maison d’édition. J’ai tout de suite été attirée par sa mention de « body positive » car je ne pense pas avoir déjà lu un livre de ce type et j’étais curieuse de voir comment l’auteure allait amener cette thématique.

J’ai vraiment adoré ma lecture. Nous faisons la connaissance de Gina, qui a beau avoir un corps de rêve, elle a également un visage pas très harmonieux. Depuis toute petite, elle subit des moqueries, des surnoms pas très gentils et remarques désobligeantes. Elle a construit toute sa manière de vivre et d’interagir avec les autres en fonction de cela. Elle a beau être devenue une adulte, les situations s’enchainent et se ressemblent. Parce que oui, les adultes peuvent se révéler être aussi bêtes et méchants que les enfants ! L’auteure nous plonge directement dans le bain en faisant rencontrer Gina et Ford. Gina vit cette situation comme une énième tentative d’humiliation. En effet, pourquoi lui demanderait-on d’embrasser ce policier super sexy ? Pourquoi un mec aussi bien foutu s’intéresserait à elle ? Mais voilà, Ford n’est pas insensible à son charme !

C’est ce que j’ai aimé dans ce livre. Le héros, bien qu’il soit un concentré de sexytude sur pattes, voit Gina pour ce qu’elle est : une femme forte, qui possède son entreprise d’organisation de mariage, très intelligente et drôle. Tout le monde s’arrête au visage de Gina mais pas lui ! Parce que oui, une personne ne se définit pas uniquement par son physique, il faut aussi s’intéresser à sa personnalité. Dans un monde où tout tourne autour de l’apparence, ce livre nous rappelle bien que cela ne fait pas tout.

D’ailleurs, en lisant ce livre, je me suis rendue compte à un moment donné que je ne savais pas pourquoi on se moquait de Gina. Oui je savais qu’il y avait « quelque chose » avec son visage mais je ne savais pas exactement quoi. C’est dit plus tard dans le livre ce qui semble gêner tant de monde et je me suis faite la réflexion que tout le monde la dévisage « juste pour ça ». L’auteur met tellement en avant la personnalité et les actions de Gina qu’on ne prête même pas attention à sa particularité. L’auteure veut que le lecteur soit avant tout séduit par Gina dans sa globalité. Du coup, quand quelqu’un se croit intelligent en voulant lui faire une mauvaise blague, on a tout de suite envie d’aller la défendre, de dire au mauvais plaisantin d’apprendre à la connaitre avant de la juger sur son physique.

Que dire de Ford ? C’est l’archétype même du policier qui aime respecter les règles et le travail bien fait. Il va jusqu’au bout de ce qu’il fait et est très consciencieux. De ce fait, il attend d’avoir toutes les preuves nécessaires avant d’entamer quoi que ce soit. Il est tout l’opposé de ses collègues, c’est pourquoi ce n’est pas l’amour fou entre eux. Mais c’est aussi pour cela qu’il tombe amoureux de Gina, car il ne s’arrête pas aux apparences ! Quand une affaire va lui donner l’occasion de se rapprocher d’elle et d’apprendre à mieux la connaître, il va sauter sur l’occasion. Issu d’une famille nombreuse, il en est également le mouton noir car il a souhaité entrer dans la police au lieu de devenir pompier comme les autres membres de sa famille. Ford est très attachant et sa famille aussi. Ils forment une espèce de joyeuse bande désordonnée où règne une certaine bonne humeur et de la convivialité. Même le lecteur se sent comme faisant partie de cette famille.

En conclusion, j’ai passé un agréable moment de lecture entre les personnages, la romance, la petite enquête de Ford sur la famille de Gina et les situations parfois assez cocasses. Tout cela forme un beau mélange qui détend mais fait aussi réfléchir. J’ai hâte de lire les deux tomes suivants qui paraîtront les 8 janvier et 18 mars 2020. Le tome 2 mettra en avant une femme avec des kilos en trop et le 3e, une femme « garçon manqué ». Et je suis d’autant plus heureuse d’avoir découvert cette auteure car elle sera présente l’année prochaine à deux événements où je me rendrai : l’Apollycon à Washington en mars et la RARE Edinburgh en juin !

Note : 8,5/10


The Hartigans, tome 1 : Qu’est-ce qu’elle a ma gueule ? – Avery Flynn

Editions Harlequin (&H), 02-10-2019, 360 pages

Livre : 16€90 / Ebook : 6€99

1 réponse »

Laisser une bafouille

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.