Chroniques littéraires

Les brumes du destin – Mélanie Lemaire

1750
Romaric d’Allérac, jeune noble breton, se rend en Irlande pour découvrir les terres natales de sa mère. Bercé depuis son enfance par les légendes celtiques, il va découvrir que ce qu’il prenait pour de simples histoires est bien plus que cela…

1916
Alistair McBride arrive sur le front de la Somme avec ses camarades pour empêcher l’armée allemande d’avancer. Mais alors que la nuit tombe sur le champ de bataille, elle révèle une mauvaise surprise supplémentaire aux soldats…

2015
Hélène Ronsard emménage dans une ancienne villa de Lacanau ayant appartenu à ses ancêtres. Elle y trouve des éléments nécessaires à sa quête : mettre un terme à la malédiction qui pèse sur elle depuis sa naissance…

Trois époques… Trois personnages…
Sauront-ils trouver leur chemin à travers les brumes du destin ?


 » Sa voix donnait aux sonorités du chant une beauté à laquelle on ne s’attendait pas, et cela était encore plus flagrant lorsqu’elle chantait en gaélique, sa langue natale si étrangère aux Français. Nul accompagnement n’était nécessaire et Romaric lui avait une fois dit que ce serait gâcher la beauté de sa voix que de l’accompagner avec des instruments. « 

Un grand merci à Mélanie de m’avoir envoyé son livre !

L’auteure nous fait voyager à travers deux pays : la France et l’Irlande et à travers trois époques différentes. La Bretagne du 18e siècle fait tout d’abord son apparition, c’est de là que partira toute l’intrigue. Romaric décide d’entreprendre un voyage en Irlande pour découvrir le pays de sa mère, qu’elle lui a tant décrit et raconté. Aventurier, il ne craint pas de devoir prendre la route pendant plusieurs semaines. Sur place, il va faire la connaissance de deux personnes qui lui en apprendront beaucoup sur les contes et légendes de ce pays. A sa plus grande surprise, il va se rendre compte que les légendes doivent bien se baser sur quelques réalités.

J’ai aimé le personnage de Romaric car il a beaucoup de qualités. Il est instruit, il a soif de connaissances, il a bon coeur et il tient à devenir un bon maître quand il prendra la succession de son père à la tête du domaine. C’est typiquement le genre de personnage qui tient à être juste en toute circonstance et on ne peut que l’apprécier. Cette partie de l’histoire est la plus belle à mes yeux parce que l’on entreprend le voyage en même temps que Romaric. Personnellement je n’ai jamais été en Irlande et j’ai vraiment envie de découvrir ce pays, son histoire, sa langue et sa culture plus en profondeur grâce à ce livre. Pour celui qui ne connait pas le pays, cela peut faire office de voyage initiatique, même si ce n’est qu’au travers d’un roman.

Ensuite, nous faisons un bon en avant pour atterrir dans la Somme en pleine Première Guerre Mondiale. Alistair va faire la connaissance de Will sur le front. Tous les deux vont se lier d’amitié malgré la dureté de la situation et il va vite se rendre compte que Will n’est pas là pour « simplement » se battre contre les Allemands. Cette partie a été éprouvante car on peut ressentir toute la tension du conflit. De plus, comme la situation s’enlise, on prend de plein fouet la fatigue, le ras-le-bol, la peur et le manque de la famille que ressentent les soldats.

Pour finir, nous avons Hélène qui essaye de lever la malédiction qui pèse sur elle. Elle devra s’entourer de personnes qui pourront l’aider dans sa quête et mener bien des recherches. Je ne vais pas m’attarder sur cette partie pour ne pas risquer de vous spoiler l’histoire. J’ai peut-être un peu moins accroché au personnage d’Hélène mais je me suis quand même surprise à réfléchir en même temps qu’elle à trouver une solution à cette malédiction.

Un point fort du roman sont les chansons qui jalonnent le récit, chansons entièrement inventées l’auteure. J’ai eu un gros regret de ne pas pouvoir les écouter en même temps parce que je pense que cela aurait ajouté une énorme plus-value au récit*. Après, j’ai conscience que c’est quelque chose qui est plus facile à dire qu’à faire. J’ai aussi énormément aimé certains personnages secondaires comme Petit Louis et Eric. Les émotions sont également au rendez-vous et je peux vous dire que j’ai pleuré plus d’une fois. Si je devais chipoter et trouver quelque chose à redire, c’est peut-être que tout s’enchaîne un peu trop facilement pour le duo Alistair/Will et pour Hélène. Je veux dire par là qu’ils ont des idées pour résoudre leurs problèmes qui se trouve souvent être les bonnes.

En conclusion, ce livre fut un réel plaisir à lire. Il embarque le lecteur à travers le temps et deux pays pour un voyage rempli d’émotions. Maintenant, il ne me reste plus qu’à découvrir un jour ces régions de mes propres yeux !

*EDIT : L’auteure a chanté une des chansons dans une petite vidéo. Allez sur son compte Instagram pour vous mettre dans l’ambiance !

Note : 8,5/10


Les brumes du destin – Mélanie Lemaire

Editions Librinova, 30-04-2020, 319 pages

Livre : 19€99 (sur le site de Librinova) / Ebook : 5€99

1 réponse »

  1. Merci beaucoup pour cette première chronique de mon roman ! Je suis ravie qu’il t’ait autant plu et d’avoir pu te faire ressentir des émotions. Cela me touche beaucoup et me rassure également !

    Aimé par 1 personne

Laisser une bafouille

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.